Construisons chaque jour un monde meilleur

Couze et Saint-Front, le 6 juillet 2016

 

La vie politique – particulièrement quand on est de sexe féminin – n'est pas un long fleuve tranquille.

Jean-Michel Faure, président départemental sortant de l'UDI, n'étant pas candidat à sa succession, nous avons collectivement décidé que je tente de reprendre le flambeau pour continuer le travail que nous avions engagé dès janvier 2015 pour apaiser les tensions existant dans cette fédération depuis sa création en 2013.

Comme il l'a reconnu lui-même dans un courriel qu'il a adressé aux centristes interpellés par un autre candidat, la campagne électorale n'a pas été de nature à redorer le blason de notre fédération. Elle s'est hélas située dans la continuité des difficultés rencontrées dès sa création en 2013.

A notre grande surprise et alors que tous les membres de notre bureau reconnaissaient la valeur de mon engagement et le travail que j'avais accompli depuis 2015,  je suis devenue la cible de toutes sortes d'attaques à la fois machistes et injustifiées.

Mon adversaire - qui reconnaissait lui-même ne pas s'être impliqué dans notre fédération depuis sa création bien qu'en se présentant à juste titre comme étant l'un de ses fondateurs - n'a pas pu s'empêcher, alors qu'il ne me connaît absolument pas, de me dénigrer par des propos que j'ai personnellement jugés injurieux.

Or, dès mon adhésion à l'UDI après avoir quitté en 2014 l'UMP où je ne me reconnaissais plus depuis déjà plusieurs années - et d'autant plus que Nicolas Sarkozy en reprenait les rênes -, j'ai été désignée en janvier 2015 à l'unanimité du bureau départemental secrétaire général, notre président national Jean-Christophe Lagarde confirmant cette décision en me nommant délégué départemental en juin 2015.

Il vient de me renouveler sa confiance avec l'appui du Parti Radical : je fais en effet partie des 94 premiers candidats désignés par notre Commission Nationale d'Investiture pour les législatives 2017.

Cette décision vient confirmer mon implication permanente pour faire valoir mes idées gaullistes, valeurs intrinsèquement universelles et avant tout humanistes et responsables.

Organisant 2 réunions de bureau par trimestre, organisant notre 1ère convention départementale, lançant l'idée de faire une réunion à thème par trimestre dans chacune de nos circonscriptions, créant un blogue pour diffuser nos valeurs, proposant un jeune au poste de secrétaire général adjoint en charge de la communication numérique, … j'ai permis à la fédération de la Dordogne d'avancer.

Partageant avec son président la volonté de passer outre les querelles intestines pour agir, sans sectarisme politique ou géographique - tous les adhérents qu'ils soient directs, issus du Nouveau Centre ou du Parti Radical ont été traités de la même manière -, j'ai constamment agi pour présenter une image positive et unie de nos instances départementales.

A l'heure où paraissent ces lignes écrites volontairement il y a quelques jours, le vote est terminé et, dans quelques minutes, le nom du nouveau président départemental de l'UDI 24 sera connu.

C'est un homme ou moi-même.

Dans le premier cas, je ne le félicite pas car sa campagne de dénigrement n'est pas digne de l'engagement politique tel que je le conçois.

Je ne le félicite pas car les pressions que lui-même et ses amis ont exercées sont incompatibles avec les valeurs éthiques que je défends et qu'ils prétendent représenter.

Je ne le félicite pas pour avoir intimé au président sortant de ne pas participer au vote.

Je ne le félicite pas car il représente tout ce que les Français ne supportent plus en politique : les petits arrangements entre amis …

Pour autant …

Quel que soit le résultat de ces élections – que je les gagne ou que je les perde -, mon engagement reste intact et identique.

Je veux tout d'abord dire ma fierté d'avoir permis à des adhérents n'appartenant pas au microcosme néo-centriste et pétrocorien de pouvoir s'exprimer et agir pour le parti – l'UDI - dans lequel ils ont choisi de s'engager. C'est pour être le porte-parole de tous ceux-là que j'ai présenté ma candidature à la présidence départementale de l'UDI.

Qu'ils sachent que je pense très fort à eux à cette heure précise ; ils sont soit heureux, soit déçus … Dans les deux cas, je leur dis mon amitié et mes remerciements chaleureux pour s'être impliqués à mes côtés et avoir osé s'engager dans une campagne difficile.

Je salue très amicalement et très chaleureusement Valentin Auro pour son intense travail et son engagement sans faille pour que ces élections se déroulent avec toute l'équité définie par nos statuts et dans les moins pires conditions possibles alors même qu'il a lui-même subi des pressions peu sympathiques. Je lui souhaite de tout cœur, à l'aube de sa vie d'homme, le meilleur dans sa vie personnelle, professionnelle comme politique : que ses valeurs morales lui restent acquises au fil du temps.

Je rends hommage à Jean-Michel Faure, président tant décrié par certains alors même que son mandat tout entier aura été, dans des conditions extrêmement difficiles, total et désintéressé. C'est grâce à lui que j'ai pu apporter à l'UDI toute ma force. C'est grâce à lui que nous avons construit l'union de toutes nos sensibilités même si celle-ci a explosé à l'occasion de ces élections départementales. C'est grâce à lui que je persiste dans mon engagement.

Je dis à tous qu'ils peuvent compter sur mon amitié sincère.

Individuellement, nous sortons vainqueur de cette confrontation parce que nous avons su résister et rester dignes.

Et si, collectivement, nous avons gagné cette élection, alors ... au boulot pour tenir les engagements que nous avons pris !

Dans tous les cas, j'encourage mes co-équipiers à continuer le combat pour les valeurs humanistes et éthiques que nous portons.

Que nous ayons gagné ou perdu,
ne baissons pas les bras.

Agissons pour que
notre fédération, notre parti – l'UDI -,
notre département périgordin,
notre région aquitaine,
notre pays – cette belle France –
vive dans le climat apaisé qui est seul propice à
un développement harmonieux
tant des valeurs que des territoires.