Colombe de la paix

Comme chaque année, nous avons commémoré avec leurs familles à Bergerac - au bout des Vergnes -, à Monbazillac - près du cimetière - et à Couze même devant le monument aux morts, la terrible tragédie au cours de laquelle les Couzots Thomas Fernandez, Gérard David et René Versannes ont été tués par les Allemands au cours de la guerre 1939-1945. 

Un autre couzot - M. Vergnon - a raconté comme chaque année devant la stèle qui lui est dédiée dans les vignes du Bergeracois le massacre de son jeune ami alsacien Serge Kempf.

Haute personnalité de la résistance bergeracoise, M. Vergnon a rappelé que les 3 départements de la Gironde, du Lot-et-Garonne et de la Dordogne s'étaient libérés par eux-même, grâce à la Résistance, du joug allemand précisant au passage que seulement 3 % de la population française avait réellement agi contre l'ennemi au sein de la Résistance.

Serge et moi avons quant à nous toujours une pensée particulière pour la famille Versannes dont les Dubeau et Valade ont toujours été proches.  C'est volontairement que René Versannes s'était proposé pour conduire le camion que les résistants avaient demandé au grand-père de Serge - Etienne Valade - de leur prêter pour aller dépanner celui qui était resté en rade dans la côte de Bergerac. Hélas, les Allemands l'avaient repéré et attendaient qu'ils reviennent le chercher ... d'où l'atroce drame.

Pensée particulière aussi pour Innocentio Fernandez - 100 kilo ou "Néné" - qui avait quant à lui réussi à échapper aux mailles du filet et a ainsi pu nous raconter l'horreur de cette situation où il a vu son jeune frère se jeter "dans la gueule du loup" et Gérard David, coincé dans le camion où sa canadienne avait accroché le levier de vitesse, tirer sur les Allemands jusqu'à son dernier souffle ...

Saluons le combat de tous ces jeunes hommes courageux qui ont payé de leur vie notre liberté.

Essayons chaque jour de construire un monde meilleur ... et refusons, refusons encore et toujours, que ces atrocités perdurent au XXIè siècle.