"Le courage, aujourd’hui, exige que nos gouvernants, et l’ensemble de ceux qui aspirent à nous diriger, s’appuie sur une société capable de se mobiliser, voire de sacrifier une partie de son hédonisme individualiste (ils sont plus nombreux qu’on ne le pense en haut lieu). Un appel doit être lancé à chacun, quelque soit son origine ou ses croyances, pour s’engager dans un combat de civilisation, en ayant conscience que le djihadisme ne sera pas éradiqué avant 2017, qu’il persistera même si Mossoul est reprise à Daech, ou que tel ou tel chef est tué par une frappe ciblée. La détection précoce de la dérive islamiste ne sera efficace que si elle n’est pas polluée par les balivernes bêlantes du « vivre ensemble » faisant la part belle à l’indulgence croissante face à la multiplication des incivilités de tous ordres, dont les auteurs sont connus et repérés, et qu’on laisse faire, par peur d’être taxé de racisme.
On ne laisse rien passer, ni en classe, ni dans les hôpitaux, ni dans les piscines, et l’on accueille à bras ouverts tous ceux qui s’engagent résolument dans la lutte contre les barbares, même si l’un d’entre eux habite la porte à côté. Sinon, attendez-vous à voir Marine Le Pen en tête, non seulement du premier tour de l’élection présidentielle, mais aussi victorieuse au second."
Cet article est signé par Luc Rosenweig sur le site causeur.fr.
Cet homme - manifestement "une grande gueule" ! - appelle un chat un chat.
Coeurs bleu blanc rouge
Notre pays est en guerre et chacun d'entre nous doit savoir faire face à cet état, de manière raisonnable et raisonnée, en ne mélangeant pas les genres pour ne pas tomber dans un racisme stupide.
Quelle que soit la couleur de peau, quelle que soit la religion, quelle que soit la nationalité, ... "les bêtes et méchants" existent. C'est une réalité qu'on ne peut nier.
Le sectarisme, la manipulation mentale ne sont pas l'apanage de Daesh mais il n'en demeure pas moins qu'à ce jour, ce sont ces sectarisme et manipulation mentale qui mettent notre société, notre monde "civilisé" en danger ...
Osons le dire pour faire la différence entre bons et mauvais ...
L'égalité et la fraternité ont les limites que fixe la vie : je ne suis pas l'égale d'un tueur, je ne suis pas le frère complice d'un barbare ... donc je m'engage à mettre au service de notre collectivité humaine mon bon sens pour dénoncer ce qui doit être dénoncé raisonnablement avant que le pire du pire ne s'abatte définitivement sur nous.
J'attends que nos gouvernants agissent en ce sens sans arrière pensée politicienne, dans le respect de la vie.